top of page
  • Zoé Bonet

Comment améliorer la gestion des déchets dans les établissements médico-sociaux ?

Parmi les préoccupations des établissements sanitaires et médico-sociaux se trouve la gestion des déchets. Ces derniers sont pris en compte de façon plus importante ces dernières années par les politiques publiques et ont fait l’objet de nouvelles réglementations.

Que ce soit pour suivre ces réglementations, réduire l’impact environnemental ou limiter les risques sur la santé, il est désormais primordial de mesurer la gestion des déchets pour les établissements médico-sociaux et de mettre en place des actions d’amélioration.



Les spécificités de la gestion des déchets pour le secteur médico-social


Dans le secteur médico-social, et plus particulièrement pour les activités de soins, deux grandes catégories de déchets sont à distinguer : les DAOM et les DASRI.

Les DAOM sont des déchets assimilés aux ordures ménagères, tandis que les DASRI sont les déchets d’activités de soins à risque infectieux.

DAOM

DASRI

​Papier, cartons, déchets alimentaires, emballages, verre, matériel de protection et de soin non contaminé (blouse à usage unique, gants, masques, compresses, pansements)…

​Matériel souillé, matériel piquant / coupant / tranchant (aiguilles, ciseau, lames), matériel de protection et de soin contaminé…

​Poubelle de tri ou poubelle d’ordures ménagères.

Sac en plastique, caisse en carton avec sac intérieur, collecteurs spécifiques… En fonction du type de déchet (solide, mou, liquide, tranchant).

Il faut être vigilant quant à l'utilisation des équipements médicaux, tels que les blouses. Ils sont considérés comme des DAOM, à moins qu’ils n’aient été utilisés sur des patients infectés, à ce moment-là ce sont des DASRI.


L’élimination des déchets d’activité de soins est réglementée, elle doit être réalisée par l’établissement producteur, la personne pour laquelle ces déchets sont produits, ou encore à la personne qui produit ces déchets dans le cadre de sa profession.

Lorsque l’on parle d’élimination, cela regroupe l’ensemble des étapes par lesquelles passent les déchets : tri, collecte, transport...


Les normes et les réglementations autour de la production et de la gestion des déchets évoluent constamment. On retrouve notamment la loi de l’agriculture et de l’alimentation (EGAlim), qui comporte 69 articles et instaure des règles importantes autour de la restauration collective. Parmi les objectifs de cette loi se trouvent l’obligation de rendre publics les engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’interdiction des touillettes et des pailles en plastique ou encore, la généralisation des dons d’invendus…


Evolution de la législation pour le traitement des déchets du secteur de la santé


Quelques chiffres sur les déchets dans le secteur médico-social…


  • En 2010, les établissements sanitaires et médico-sociaux produisaient environ 700 000 tonnes de déchets par an, soit 3,5% de la production totale de déchets en France.

  • Ce sont en moyenne environ une tonne de déchets qui sont produits par lit chaque année.

  • 27% des ESMS sont engagés dans une démarche de valorisation des déchets, de formation et de sensibilisation du personnel.

  • Les établissements médico-sociaux ont mis en place en moyenne 7 filières de tri de déchets non dangereux et dangereux, contre 11 pour les établissements du secteur sanitaire.

  • Les eaux usées font également partie des déchets produits par les établissements sanitaires et médico-sociaux. En effet, les établissements de santé ont de fortes consommations d’eau, on compte en moyenne entre 400 et 2 000 litres d’eau par lit et par jour.


Pourquoi trier correctement et réduire la quantité de déchets dans un établissement médico-social ?


L'élément le plus important est de veiller à la sécurité du personnel et des personnes accueillies, ainsi qu’à celle des personnes en charge des déchets par la suite, car l’exposition aux risques peut survenir aux différentes étapes de la vie du déchets. Il faut être vigilant sur l’hygiène et sur les risques que peuvent présenter les déchets sur la santé, et bien distinguer les déchets DAOM des déchets dangereux.


Réduire les déchets et les trier correctement, c’est aussi diminuer l’impact environnemental et agir de façon plus durable. Pour les DASRI particulièrement, il s’agit de s’assurer que les substances toxiques soient évacuées correctement.


Enfin, diminuer la quantité de déchets et assurer leur bon tri permet de suivre les normes et la réglementation, et peut également avoir un impact sur les coûts !

Réduisez vos émissions de CO2 en optimisant vos tournées de transport grâce à Nomad !


Quelles solutions pour réduire et améliorer la gestion des déchets ?


Il existe énormément de solutions variées que ce soit pour agir, que ce soit pour les réduire ou améliorer leur gestion une fois qu’ils sont produits.

Voici quelques idées qui peuvent aider dans cette démarche, ainsi que des outils pour évaluer la gestion des déchets de votre établissement. Mesurer peut être un premier pas pour prendre conscience de leur importance afin de pouvoir mettre en place des actions par la suite.


Réfléchir avant l’achat

Intégrez la durée de vie des objets dans vos critères d’achats ! Plus ils durent longtemps, moins la quantité de déchets produite par votre établissement sera importante.


Le site internet Longue vie aux objets propose des outils et des conseils pour acheter de façon plus durable et allonger la durée de vie des objets.


Parmi les solutions proposées figure l’indice de réparabilité, initiative de Spareka. Il concerne les appareils tels que les ordinateurs, et indique leur degré de réparabilité : plus il sera élevé, plus la durée de vie de votre appareil le sera aussi.

Car selon Spareka, en France en 2020, le taux d’appareils électriques et électroniques réparé était de seulement 40%.

Vous pouvez désormais retrouver l’indice sur tous les produits, car il est obligatoire depuis 2021 dans le cadre de la loi anti gaspillage.


Pour plus d’informations, vous pouvez consulter cet article de l’Ademe qui indique comment l’indice est calculé et présente les appareils les plus intéressants.


Le programme LOOP Santé, lancé par ADI N-A et menée en coordination avec l'Ademe, ALLIS N-A, l'ARS et la Région Nouvelle-Aquitaine, est à destination de tous les acteurs régionaux de la filière santé. Ce programme est axé autour de 7 actions :

  1. Comment réduire l'impact environnemental des matériaux utilisés dans les produits de santé fabriqués en Nouvelle-Aquitaine ?