top of page
  • Photo du rédacteurZoé Bonet

Médico-social : Une nouvelle feuille de route du numérique en santé 2023-2027


“Ces dernières années, le premier plan d’investissement numérique dans le médico-social, « ESMS Numérique », a été un programme historique d’accompagnement de la transformation du secteur.” Jean-Christophe COMBE, Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées.

Feuille de route du numérique en santé 2023-2027

Le programme « ESMS Numérique », premier plan d'investissement numérique dans le médico-social, a permis aux établissements et services accueillant des personnes âgées ou en situation de handicap de généraliser l’utilisation de Dossier Usagers Informatisés (DUI) et de s'équiper en matériels et logiciels. Le 17 mai 2023, François Braun, Ministre de la Santé et de la Prévention et Jean-Christophe Combe, Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, ont présenté une nouvelle feuille de route du numérique en santé “Mettre le numérique au service de la santé”. Cette feuille de route fixe quatre nouveaux axes de développement, de 2023 à 2027.



Numérique en santé 2023-2027 : quels objectifs ?


L’amélioration des soins de santé, l’accès aux services, la protection des données, l'interopérabilité des systèmes et la formation aux compétences numériques, sont à l’origine des feuilles de route.


La dernière édition, lancée en 2019 et déployée sur 3 ans, avait fait l’objet d’un bilan positif. 5 axes avaient été définis :

  • Renforcer la gouvernance du numérique en santé

  • Intensifier l’éthique, la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé

  • Accélérer le déploiement des services numériques socles

  • Déployer au niveau national des plateformes numériques en santé

  • Soutenir l’innovation, évaluer et favoriser l’engagement des acteurs.


Présentation des 5 grandes orientations de la feuille de route du numérique en santé 2019. 1ère orientation : renforcer la gouvernance du numérique en santé. 2ème orientation : intensifier la sécurité et l'intéropérabilité du numérique en santé. 3ème orientation : accélerer le déploiement des services numériques socles. 4ème orientation : déployer au niveau national des plateformes numériques de santé. 5ème orientation : soutenir l'innovation et favoriser l'engagement des acteurs.

Lors du bilan de la précédente feuille de route du numérique en santé, environ 100 000 établissements géographiques étaient référencés dans FINESS (Fichier national des établissements sanitaires et sociaux), dont 40% étaient des structures médico-sociales. Le répertoire fera l’objet d’une refonte d’ici fin 2023.


Mais ce n’est pas tout : carte Vitale, identité nationale de santé, répertoire partagé des professionnels de santé, dossier médical partagé... Les changements ont été nombreux et positifs !


Vous pouvez retrouver le bilan de la feuille de route ici.



Quatre axes pour définir les priorités de développement


Présentation des 4 axes principaux de la nouvelle feuille de route du numérique en santé 2023-2027.  Premier axe : Développer la prévention et rendre chacun acteur de sa santé. Deuxième axe : Redonner du temps aux professionnels de santé et améliorer la prise en charge des personnes grâce au numérique. Troisième axe : améliorer l'accès à la santé pour les personnes et les professionnels qui les orientent. Quatrième axe : déployer un cadre propice pour le développement des usages et de l'innovation numérique en santé.

Développer la prévention et rendre chacun acteur de sa santé

Le numérique en santé doit permettre à chacun de mieux agir sur sa santé. Mon espace santé simplifiera le suivi de sa santé et développera le recours à la prévention en santé. C’est un véritable carnet de santé numérique. Les français pourront contrôler leurs données, recevoir des rappels de vaccins, envoyer des ordonnances sécurisées aux pharmaciens et accéder à leur projet d'accompagnement personnalisé. Il améliorera le suivi de leur santé et leur offrira une prévention adaptée. L'accent sera mis sur l'accompagnement des entreprises du numérique en santé pour garantir un accès plus rapide aux solutions de santé.


Prise en charge : dégager du temps pour tous les professionnels de santé et améliorer la prise en charge des personnes grâce au numérique

Pour que le numérique améliore la santé et l'accompagnement des français, il doit d’abord simplifier la vie des professionnels de santé et du médico-social. Ces derniers jonglent entre différents outils plusieurs fois par jour : il faut faciliter le passage d’un logiciel à un autre. De plus, il est essentiel de garantir aux professionnels l'accès à l'historique de santé de leurs patients, quel que soit leur lieu de travail. Enfin, pour réussir cette transition, une formation initiale et continue adaptée sera mise en place pour les professionnels de santé.


Améliorer l’accès à la santé pour les personnes et les professionnels qui les orientent

L'objectif principal de cet axe est de répondre de manière concrète aux problèmes d'accès aux soins dans toute la France. Pour cela, il est essentiel d'améliorer l'accès à l'information sur la santé et les services médicaux spécialisés dans toute la France, ainsi que d'aider les français à trouver un médecin traitant. Les zones moins desservies et les parcours de santé prioritaires bénéficieront de la télésanté (ou e-santé) pour faciliter l'accès aux soins. Les services d'accès aux soins et les outils pour les SAMU seront généralisés pour orienter la population vers les soins d'urgence. Enfin, l'application mobile de la carte Vitale sera déployée pour permettre une prise en charge financière directe et renforcer l'utilisation de l'Identité Nationale de Santé.


Déployer un cadre propice pour le développement des usages et de l’innovation numérique en santé

Il est important de renforcer la cybersécurité pour protéger les données de santé. Cela concerne notamment les établissements sanitaires et médico-sociaux, en priorisant les entités essentielles et en sécurisant des ressources numériques pérennes à au moins 2 % du budget des acteurs. Grâce au modèle de l'État Plateforme, les acteurs privés peuvent proposer des services numériques innovants régulés par l'État. Les compétences numériques jouent un rôle essentiel dans le domaine de la santé et doivent être encouragées.


La donnée de santé est d'une importance capitale, de sa collecte à sa réutilisation pour la recherche et les politiques publiques. C’est pour cela que l’Etat souhaite bâtir une stratégie ambitieuse pour promouvoir la réutilisation et l'ouverture des données.



Quels changements pour le médico-social avec la nouvelle feuille de route ?


Lors de la précédente feuille de route, l’engagement des acteurs du médico-social a été au rendez-vous. Une dynamique qui doit être poursuivie, en continuant de développer les actions de la précédente feuille de route, mais également en appliquant les nouvelles.


Authentification à double facteur

Parmi ces actions on retrouve la mise en place d’une méthode simple d'authentification à double facteur pour tous les professionnels de la santé veillant à renforcer la sécurité des données des patients. Cela inclut l'utilisation d'outils d'identification électronique modernes, liés à l'identité de chaque professionnel et en conformité avec le Répertoire Partagé des Professionnels de Santé (RPPS). Cette mesure de sécurité s'applique notamment aux établissements et services de santé, sociaux et médico-sociaux.


Messagerie instantanée

Afin de faciliter la collaboration entre professionnels de la santé et de permettre des gains de temps, une expérimentation sera réalisée pour mettre en place un système de messagerie instantanée. Ce dernier sera sécurisé, décentralisé et compatible avec différents outils. Les professionnels de santé, médico-sociaux et sociaux pourront ainsi échanger rapidement et en toute sécurité via leur téléphone ou leur ordinateur, que ce soit en privé ou en groupe.

Un travail d’amélioration sera également réalisé sur les messageries sécurisées existantes pour simplifier leur utilisation.


Observatoire de la santé numérique

Pour renforcer le respect des référentiels par les acteurs, et accroître la transparence, un observatoire transversal de la e-santé sera créé. Cet observatoire évaluera le niveau de préparation des établissements de santé, sociaux, médico-sociaux et des professionnels indépendants. Il sera complété par une plateforme unique pour publier les informations du secteur et une plateforme de données ouvertes. La France soutiendra la création d'une plateforme permettant l'accès à ces données pour faciliter les comparaisons entre les pays européens en matière de santé numérique.


La feuille de route a pour objectif d’intégrer une formation au numérique en santé dans l’ensemble des formations initiales du sanitaire, du social et du médico-social et de former 500 000 élèves, d’ici à 2027.


Jean-Christophe COMBE, Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, espère des progrès sur des axes tels que l’échange de données entre les différents acteurs, le suivi de la santé de l’enfant, les solutions logicielles au cœur des métiers des ESMS, etc.


Poursuite du soutien au numérique dans les établissements et services médico-sociaux

La politique de soutien à l’investissement au numérique sera poursuivie post-programme ESMS Numérique. Le cadrage débutera dès 2024 avec 3 enjeux forts :

  • Le rattrapage de l’équipement matériel pour les établissements les plus mal outillés,

  • l’amélioration continue des logiciels, notamment sur les fonctions de coordination de parcours complexes

  • et l’accompagnement aux usages sur les services socles.



Documents à consulter :


Comments


bottom of page